Logo Parfum sonore
Flèche retour Flèche retour

Rencontre improbable entre l'univers olfactif et l'univers sonore, Parfum sonore des îles est un projet de création de Yannick Guéguen alliant design numérique et art sonore.

Lors de sa résidence de création, l’artiste-designer a identifié des lieux et des moments singuliers du paysage sensoriel et mémoriel des Îles-de-la-Madeleine pour les traduire en « parfums sonores » : chaque sonorité évoque des effluves marquant le souvenir.

PARFUM SONORE Nº01

Aller aux Îles
Y retourner pour créer des parfums sonores
Des parfums intangibles
Contenus dans des emballages graphiques
Aux formes géométriques
Avoir trop de bagages remplis de microphones
Une tête binaurale
Payer un supplément
Prendre place dans un avion étroit
Voir la cabine et le pilote
Observer les différents cadrans
Repérer l'altimètre
Écouter les contrôles avant le démarrage
Les vibrations lancinantes
Atterrir, décoller, atterrir, décoller, atterrir
Les drapeaux qui claquent en sortant de l'aéroport
Les manches à air, les couleurs vives
Les bagages qui pèsent plus lourd au retour qu'à l'aller, même si l’on ne ramène aucun souvenir
Au retour, attendre avec des travailleurs mexicains arrivés aux Îles.

Parfum-sonore-01

PARFUM SONORE Nº02

Par rapport aux milieux sonores
Par rapport à la mer
C'est plus au bord des falaises
C'est la vague qui s'engouffre dans les crevasses
Ce bruit là sourd
Plus que la vague qui casse sur la plage
Elle, c'est plus un bruit blanc
Tandis que dans les falaises, c'est un bruit sourd
C'est plus sombre
C'est un son marquant
Parce que c'est à la fois effrayant
Parce que c'est les profondeurs de la mer, aussi
C'est les choses qu'on n'a pas accès
C'est peu accessible
Même s'il vente très peu, ce bruit-là, ce bruit sourd et profond
Il est là même si le vent n'est pas important, il est toujours là.

Parfum-sonore-02

PARFUM SONORE Nº03

Une très longue marche sur le sable
Une petite bouteille d'eau, une carte touristique sans échelle
20 kilomètres plus tard
Une odeur de chien, celle de la banquette arrière de la voiture quand j'ai rejoint la route
De L'Étang-du-Nord jusqu'à Bassin par la plage du Corfu
C'était le début de la fin de la haute saison et le début d'un vent de fraîcheur
Une journée complète
C'était la première journée de ma vie que je passais aux Îles
Je devais être rendue plus près de Bassin que de mon point de départ
Je continuais
Comment ferais-je pour passer la nuit en plein air, si cela devait se produire ?
Un grand sentiment de liberté, un peu d'inquiétude, à la fin
L'odeur des algues plus que celle de la mer
De la chaleur, de l'été, de ma peau brûlée
Mes pas dans le sable très mou et très chaud
Sable lent, bruit de mes pas
Vent léger
Vagues omniprésentes
Son stable, linéaire, parsemé de cris de goélands

Parfum-sonore-03

PARFUM SONORE Nº04

Souvenir d'un autre lieu (Irworobongdo)
Une carte coréenne dénichée d'un voyage à Séoul
Mouvements de l'eau immortalisés
Deux cascades symétriques qui forment ensuite des jaillissements
Comme de petits fantômes surgissant entre les vagues
Une symétrie moléculaire
Tout semble se confondre
On ne sait plus où débute ni prends fin l'eau
Tout semble calculé et mesuré
Les terres sont ordonnées jusqu'à ce que l'humain brise cette harmonie
Tu es lune blanche et moi soleil rouge sang!
Je me lève quand tu t'endors
Nos regards se croisent furtivement
Nous vivons en parallèle.

Parfum-sonore-04

PARFUM SONORE Nº05

La forêt magique du parc de Gros cap
Une cathédrale ou chante les fées et les lutins
Dans la forêt de rabougris
Longer la clôture situé du côté sud du bâtiment nommée l'Étoile
Marcher jusqu'à la pointe face à l'île d'Entrée
Rentrer dans le petit boisé ou une plateforme est installée
Endroit de ressourcement et d'ancrage
Événement récurrent
Lieu magique et habité
Si proche de la puissance de la mer et protégé en même temps, une cathédrale
L'odeur du genévrier si propre à ce lieu
Un amalgame de résonance brut, soutenu par un son grave tenu comme un bourdon avec des chants polyphonique
Une flûte qui s'y mêle et des percussions représentant la puissance du vent et du ressac qui s'échoue sur les falaises
Je fais le pont entre ceux qui choisissent de vivre ici et ceux qui y sont depuis toujours.

Parfum-sonore-05

PARFUM SONORE Nº06

Ce renard qui chassait dans le foin
J'aurais presque pu le toucher
C'était mon premier matin aux Îles
C'est un souvenir, c'est loin
De l'autre côté de la porte-fenêtre tout près
Il n'y avait pas encore de neige
C'était un instant figé, une vision
Chaque fois qu'il revient, il repart
Il s'éloigne
Quelque chose s'est construit, pendant cet instant
Une durée.

Parfum-sonore-06

PARFUM SONORE Nº07

Le sable, le sable, le sable
Les plages, les plages, les plages
L'été
Tout le temps
Toujours un grain de sable avec soi
Craque, croque, réchauffe
Abrite, pique, embête
S'infiltre partout
Odeur de pierres chaudes et de mer
Crissements, craquements, silence
Crissements, craquements, silence
Crissements, craquements, silence
Crissements, craquements, silence
Crissements, craquements, silence
Touriste, touriste, touriste.

Parfum-sonore-07

PARFUM SONORE Nº08

Mon arrivée, la toute première fois
La grande porte du bateau s'est ouverte
Dehors, des ami.es de chaque côté pour m'accueillir
Il faisait noir et de gros flocons de neige tombaient à la verticale
C'était magique !
Depuis le traversier, là à l’approche de l’île d’Entrée
Au petit matin, car nous avions voyagé de nuit
Je suis sortie sur le pont et je les ai vues !
Pour la première fois aux Îles
Beau soleil, les Îles resplendissaient
Oh la la ! Ce moment a profondément transformé ma vie
La même émotion m’enivre depuis ce jour chaque fois que j’arrive aux Îles
J’ai senti qu'enfin j’arrivais à la maison
Un immense cri est sorti du tréfonds de mon coeur et des larmes d’un bonheur immense ont coulé sur mon visage
Mes enfants et mon conjoint m’ont regardé avec de drôles d’yeux!
Je me rappelle l’odeur de l’eau, l’odeur du vent
L’odeur de la joie indescriptible
C’est spécial, c'est ce qui m’a le plus marqué
C’est cette « voix » intérieure qui me disait: « un jour j’habiterai ici »
Je me sens une femme des Îles, de la terre des Îles
Mon âme emmènera alors cette senteur de liberté.

Parfum-sonore-08

PARFUM SONORE Nº09

Très loin sur la dune du Nord, dans le bout de la Mine de Sel
Avec 3 amis, camping sauvage pour 5 jours
Au total, plus de 100 personnes nous ont visités
Certains sont demeurés avec nous, d'autres n'ont fait que passer
Notre camping sauvage ressemblait à ce que nous avons baptisé : Woodstock sur la dune !
Tous ceux et celles qui ont vécu l'événement s'en souviendront pour la vie !
En plein coeur de l'été
Cinq jours et nuit de vie sauvage et d'abandon total
Cueillir des coques pour se nourrir
Ramasser des petites fraises sauvages
Baignades, pleine lune, feu de camp, musique
Vent calme, tout était parfait
La mer, l'odeur du grand large, jours et nuits
Une odeur de feu de camp aussi
Une odeur de liberté, d'infini et de grandiose
Le bruit constant de la petite vague qui casse sur le rivage
Une vague très douce, portée par la brise du vent d'ouest
La musique aussi, les guitares, les voix, le chant des amis, l'harmonie
Le feu de bois de plage qui crépite
Le rire, le rire des enfants, des adultes, des vacanciers, le son du bonheur
J'en suis native, j'appartiens à ce territoire
J'ai une relation d'amour profonde avec la nature sauvage des lieux

Parfum-sonore-09

PARFUM SONORE Nº10

Parcourir le marché
Se saouler des conversations croisées
Entrer dans une église
Une odeur d'humidité
Des mouches mortes ou vibrantes
Jouer avec l'orgue
Apprendre à en jouer
Au bord d'une usine de réfection de bateau
Odeur de résine
Une ancre pour jouer

Parfum-sonore-10

PARFUM SONORE Nº11

Mettre les pieds dans L'eau
Proche de l'étang à Ben
Écouter le pas : ploc, ploc
Le craquement des quenouilles
S'enfoncer
Se faire aspirer
Ne pas y laisser ses bottes
Odeur de vase
De pourriture
Trouver un canot sombré
Jouer avec le poisson gigotant

Parfum-sonore-11

PARFUM SONORE Nº12

Se réveiller dans la nuit
Anticiper le prochain éclair
La chaleur
Compter le temps
Se blottir
Murmurer
Attendre le dernier éclair
Le lendemain
Tout oublier

Parfum-sonore-12

PARFUM SONORE Nº13

Visite de la Grave
Une pièce de théâtre
Un Gus qui va sur la lune
Avoir le droit de ne ramener qu’un seul souvenir
Dans une petite maison en bois, près d'un café
Remonter la pente
Aller vers le trébuchet
Lancer un boulet dans le port
Applaudir

Parfum-sonore-13

PARFUM SONORE Nº14

Enfant, jouer à la cachette dans le foin, me coucher à plat ventre
Sentir la chaleur qui se dégage du sol, de la terre, des brindilles, du trèfle
Espérer arrêter le temps
Pointe-Basse, avec vue sur la butte ronde au coucher du soleil
Avant l'heure des maringouins, quoi qu'enfant, on s'en foutait un peu
Juillet, parce qu'en août le foin est coupé
Jouer dehors
Ramasser les bottes de foin pour construire des débuts de forts d'été
Plusieurs heures par jour, olfactif et rassurant d'une fois à l'autre
Le bien-être ressenti et la légèreté de l'esprit
Le calme de la respiration
Les autres enfants plus loin qui cherchent
Le son des pas dans le foin un peu séché mais souple, parfois qui casse sous le pied
Le chuchotement de l'ami.e caché.e avec moi
Les rires étouffés, la respiration par la bouche, douce
Un faible son enveloppé d'un espace restreint et vert, humide, plus interne
Espace clos qui ne résonne pas, qui habite l'espace
Les insectes dans les brindilles, dans le foin haut, les ailes qui claquent, léger froissement
Le vent qui fait onduler la mer d'herbe
Je suis une parcelle de ce territoire, une contemplatrice, un oiseau qui observe et qui prend part au paysage
Je suis bienveillance pour mon territoire, je le laisse vivre et l'encourage à prendre sa place.

Parfum-sonore-14

PARFUM SONORE Nº15

Elles n'existaient pas quand je suis venu la première fois
Marque une nouvelle voie
Les oppositions
La centrale thermique
On m'y a porté
Comme le son d'une vague
En passant pour aller jusqu'à l'île Boudreau
Son aéraulique
Son des roches
Que la mer aspire

Parfum-sonore-15

PARFUM SONORE Nº16

Le bruit du vent constant
Partout, mais particulièrement sur les sommets
Les jours sans vents sont plus marquants
Parler du vent
À partir de 20 km/h
Maison qui vibre, qui tremble
Dans les collines, le vent dans nos oreilles
Le vent est dominant ici
Mais faiblement
Mais il est là
Un élément constamment
On parle de vent
20 km, on ne parle pas de vent
On parle de vent si c'est 60 km ou plus
C'est important
Le vent est un élément agréable
De 10 à 20 km, il n'y a pas de vent
Le vent est plus que dominant, il est imposant
Chaque jour où je peux y être
Pas d'images mentales, mais le bourdonnement du vent dans les oreilles, un peu comme le bruit de l'eau quand on nage le crawl
Odeur de la mer
Une humaine avec les fonctions de base

Parfum-sonore-16

PARFUM SONORE Nº17

Arrivée en retard
Départ pour la saison des Homards
Manquer le départ de quelques minutes
S'en vouloir
Et finalement profiter du moment présent
Odeur des maquereaux dans les cages
Clapotis sur les rebords carrés des quais
Signaux
Voix locales
Mouettes des usines
De l'île Paquet

Parfum-sonore-17

PARFUM SONORE Nº18

Ici la forêt est quand même assez vieille
Surtout des résineux
Le sous-bois a une odeur particulière, à cause des aiguilles
Les feuillus sont rares
Il y avait un endroit où il y avait une concentration d'Érables à épis
C'était une doline, une doline importante, une très grande doline
Et dans cette doline, autour, c'était des Érables à épis qui poussaient
Pour moi cette doline-là a été importante dans mon enfance
Quand on a découvert ça
Car on a découvert qu'il y avait des feuilles d'érable seulement à cet endroit-là
Je n’avais même pas vingt ans, j'avais 15 ans, quand j'ai découvert ça
Les dolines c'est des crevasses, des effondrements
Ça a peut-être 30 mètres de profond, par 100 mètres de diamètre
C'est des dolines, il y en a dans la forêt, coupé du vent
C'est un milieu marquant pour moi, comme place
Par la suite, je suis retourné dans les milieux d'enfances qui m'ont marqué
C'était plus accessible à cause de la forêt
C'est un de mes frères qui m'a fait découvrir ça
Par après, 12, 13 ans, je suis allé là
Pour aller chercher des feuilles d'érable
C'est des endroits marquant pour moi, pour mon enfance

Parfum-sonore-18

Flèche retour Flèche retour

Crédits

Réalisation & design web : Yannick Guéguen
Photos : Nigel Quinn
Photos portraits : Antonin Monmart
Production & soutien financier : Admare, centre d'artistes en art actuel des îles-de-la Madeleine
Production déléguée : Laurène Janowsky, Colette Daudelin, Janick Burn
Soutien financier : Conseil des Arts et des Lettres du Québec
Merci aux personnes qui m'ont livré leur témoignage